Paire de fibules juives en or jaune (XVIIème siècle) - Fibule juive berbère (XVIIIème siècle)

Bijoux du Maghreb

Avant même d'apprendre à se vêtir, l'homme pensa à embellir son corps et à le parer. Les colliers en fragments d'ufs d'autruche, les coupelles à fard et les pendeloques en pierres polies et gravées découverts dans des sites préhistoriques témoignent de cette préoccupation.

Se parer fut d'abord un geste magique et le bijou fut à l'origine un talisman, une amulette destinée à se concilier la nature, à conjurer le mauvais sort, à protéger et à promouvoir la vie et la fécondité. Les formes même des bijoux et leur décor - figures géométriques, thèmes cosmiques et animaliers - eurent un sens magico-symbolique. Le serpent, symbole de la science chez les anciens, avait, dans les croyances populaires, le pouvoir de favoriser le jaillissement des sources et l'éclosion des céréales. Le poisson, à cause de l'abondance de ses ufs, symbolisait la fécondité. Le triangle, représentant l'image féminine, symbolisait également la fécondité. Le motif cruciforme, la rosace, la main, l'il, avaient le pouvoir d'éloigner le mauvais il.

Le site du Musée Belghazi

Les créations